Télévision et ramadan font bon ménage
Les programmes TV animent le mois du ramadan
Dossier Joyeux ramadan

vendredi 28 octobre 2005
Le ramadan est l’occasion pour les chaînes T.V de télévision maghrébines de modifier leur programmation habituelle, afin d’offrir aux téléspectateurs une ambiance festive accompagnée de détente et de relaxation, après une longue journée de jeûne. Sitcoms, feuilletons religieux, pièces de théâtre et autres émissions culturelles animent les foyers maghrébins pendant ce mois sacré.
Voir aussi
- Mois du ramadan : faut-il le jeûner ou le fêter ?
- Le Ramadan vu du Maroc
- Le musulman cathodique, cet indésirable
- Pas de tribunaux islamiques dans l’Ontario

Culture
- La torture selon Nico Papatakis
- Afrique du Sud : Nelson Mandela en héros de BD
- J’ai vu tuer Ben Barka
- Dakar : finale du Prix RFI Musiques du Monde

El Watan

Le Quotidien

Beur FM

Afrique du Nord
- Nouvelles du Front Sud
- La Libye expulse 582 candidats à l’exil vers l’Europe
- Zaïna, la cavalière de l’Atlas
- Expulsion des immigrés au Maroc : la position d’Amnesty international

Algérie
- L’Algérie prête à lutter contre la grippe aviaire
- Il était une fois dans l’oued
- Arab SoccaStar : Hadj Seddouk décroche la lucarne
- Oran : les hôtels de la honte

Maroc
- Le Maroc appelle à un plan Marshall pour l’Afrique
- Hémorragie de médecins au Maroc
- Maroc : les immigrants subsahariens acheminés vers la Mauritanie
- Sénégal : les premiers immigrants clandestins rapatriés du Maroc

Par Morad Ouasti

Coup de canon [*] !!! C’est l’heure de la rupture du jeûne. La table traditionnellement garnit de mets et de pitances attend ses pourfendeurs à une heure inhabituelle en raison du mois de ramadan. Quel plaisir ! Manger la bonne chorba de maman en regardant une comédie marocaine ou un feuilleton égyptien. Les téléspectateurs sont friands de ces moments là, une fois dans l’année ils bénéficient d’une programmation spéciale. Ce mois béni est l’occasion pour les grilles des programmes TV de proposer de nouvelles émissions ou d’en ressortir des anciennes.

Khalid Idrissi, responsable de la page programmes TV au quotidien marocain Le Matin, nous explique que les chaînes de télévision marocaines revoient une grille d’émissions spécialement pour le mois du ramadan. « Il n’y a pas de grands changements, seulement un peu plus de sitcoms, de « mousselssilates » (feuilletons) sur la vie sociétale marocaine en pleine journée (...) A l’heure de la rupture et dans la soirée, les comédies théâtrales et les émissions religieuses et culinaires sont très prisées », explique-t-il. Il ajoute que certaines scènes, voire des films entiers peuvent être censurés, pendant le mois sacré, car ils portent atteinte à la pudeur collective. A l’inverse de l’Algérie, il n’y a pas véritablement de grands classiques automatiquement rediffusés chaque année. La nature des programmes diffusés ont évolué, comparé à ceux d’il y a une dizaine d’années : « il y a beaucoup plus de sitcoms et de jeux télévisés aujourd’hui », confie Khalid Idrissi.

En Algérie, c’est dans les vieilles marmites qu’on fait la meilleure soupe

La chaîne algérienne, Canal Algérie, publie sur son site Internet, une « grille des programmes ramadhan 2005 ». Les émissions populaires de la chaîne pendant le mois de ramadan sont reconduites chaque année. Avec, un peu avant la rupture du jeûne, un grand classique : « khatam Souleiman » (La bague de Salomon, ndlr), un jeu où le présentateur part à la rencontre du peuple dans la rue pour offrir une surprise à la personne qui répondra correctement à la question du jour. Suit, depuis quelques années, « Bouraqa », une émission qui se rend chez les gens pour une charade quotidienne, avec à la clé un cadeau à l’hôte s’il trouve la solution. Après les divertissements et juste avant l’heure de la rupture, un programme plus spirituel prend place, « Hadith Dini » (récit religieux, ndlr), où un aspect différent de la religion islamique est abordé chaque jour. Les festivités peuvent alors commencer. Dans la soirée pour la 3e année consécutives les téléspectateurs peuvent suivent leur feuilleton humoristique, « NassMlah’City » (La ville des gens biens, ndlr).

Chaque pays adapte ainsi ses programmes culturels en fonction de l’attente des consommateurs. On remarque toutefois une nette diminution des programmes religieux et des feuilletons égyptiens, consommés habituellement dans la majorité des pays arabes. Pour tous, le ramadan dépasse le simple cadre religieux pour s’inscrire de plus en plus comme un événement culturel.