La Jeune Chambre Internationale combat l’hydrocéphalie en Afrique
Une journée d’action ce week-end à Paris

vendredi 14 octobre 2005
La Jeune Chambre Internationale/Afrique à Paris (JCI/AP) et le collectif « Couleurs d’Afrique » organisent, le 15 octobre, un événement contre l’hydrocéphalie au Sénégal. Les deux icônes de la mode Imane Ayissi, et Esther Kamatari parraineront ce festival. Samson Koukpaki, président de la JCI/AP, nous présente l’esprit de ce gala de bienfaisance.
Voir aussi
- SOS objets perdus
- Enfants soldats : recoller les morceaux d’une jeunesse brisée
- SOS Sahel « On line »
- « Africa 2005 est une réponse au Nepad »

Société
- Election présidentielle contestée à Zanzibar
- Gbagbo Président par la grâce de la Constitution
- Emeutes de Clichy-sous-bois les jeunes accusent la police
- L’opposition manifeste contre la prolongation du mandat de Gbagbo

Point Afrique

Afrique de l’Ouest
- Etape 7 Tenkodogo - Fada N’Gourma
- Etape 6 : Schnell encore trop vite
- Tour du Faso 2005
- Drogba, Eto’o, Essien, nominés pour le ballon d’or européen 2005

Sénégal
- Sœur Yolanda Sanchez : au service de la femme en détresse
- L’ONU invitée à prendre en main la crise ivoirienne
- Sénégal : les premiers immigrants clandestins rapatriés du Maroc
- Cameroun-Sénégal : football et ramadan font bon ménage

Par Morad Ouasti

Samedi 15 octobre, la Jeune Chambre Internationale/Afrique à Paris (JCI/AP) se mobilise contre l’hydrocéphalie au Sénégal. Pour ce faire, elle organise une rencontre festive le 15 octobre parrainées par le mannequin et styliste Imane Ayissi, et la première égérie africaine, Esther Kamatari. L’ambassadeur du Sénégal à Paris, M. Doudou Salla Diop, sera également présent. La manifestation se tiendra à l’Espace Agora à Alfortville, en région parisienne, et sera partagée en quatre pans. Tout d’abord, la présentation d’une exposition d’œuvres d’artistes français et africains dont Ernest Düku et Issa Nyaphaga. Les deux peintres ont décidé d’offrir généreusement un de leur tableau pour qu’il soit mis aux enchères.

Ensuite, un débat prendra effet autour de la question : « En tant qu’artiste africain peut-on vivre de ses œuvres ? » Après cela, une vente aux enchères aura lieu, dont les fonds seront directement reversés à la lutte contre l’hydrocéphalie. A la suite d’un dîner de gala, en début de soirée, Imane Ayissi sera le président du jury du concours de mode. Six stylistes présenteront leur collection et quatre d’entre eux concourront pour remporter un billet d’avion dont la destination sera révélée au dernier moment. La journée se terminera par une soirée dansante de minuit à l’aube, intitulée « Nuit blanche pour Nuit black ».

L’hydrocéphalie touche les enfants

« Tout a commencé avec Serge Dossou, ex-président de la JCI/AP. Il s’est rendu en 2004 dans un centre de lutte contre hydrocéphalie et a immédiatement pensé que la JCI se devait d’agir. Dès que je lui est succédé, j’ai décidé que cela ferait parti du plan d’action 2005 et qu’il faudrait étendre l’action à toute l’Afrique sur le long terme », nous dit Samson Koukpaki L’ambassadeur du Sénégal, enthousiasmé par cet événement, sera d’ailleurs présent. Quant à Imane Ayissi et Esther Kamatari, ils ont été très touchés par les enfants atteints du fléau.

L’hydrocéphalie est une maladie frappant les enfants en Afrique, faisant 600 000 morts par an. C’est une accumulation anormale du liquide céphalo-rachidien sous la boîte crânienne. Les symptômes de cette maladie sont des enfants souffrant dans leur cerveau, pouvant devenir aveugles, perturbés dans leurs fonctions motrices et très souvent ne pouvant plus tenir leur tête. Trois causes peuvent engendrer la maladie : les mariages consanguins, les méningites et le déficit en acide folique chez la femme en période péri-conceptionnelle. La Jeune Chambre Internationale est une organisation qui a vu le jour en 1944 aux Etats-Unis. Elle a pour vocation d’aider les jeunes à développer leur leadership. Aujourd’hui, elle est présente dans 123 pays et représente un réseau regroupant 200 000 personnes. De nombreux chefs d’Etat et hommes politiques influents sont passés par La Jeune Chambre Internationale.